Classical Numismatics Discussion
  Welcome Guest. Please login or register. Hanukkah Sameach!!! Everything on our Hanukkah Gifts page is 10% off!!! Please Call Us If You Have Questions 252-646-1958 Welcome Guest. Please login or register. Merry Christmas!!! Expert Authentication - Accurate Descriptions - Reasonable Prices - Coins From Under $10 To Museum Quality Rarities Support Our Efforts To Serve The Classical Numismatics Community - Shop At Forum Ancient Coins!!!

Recent Additions to Forum's Shop


Author Topic: Un avers inédit pour Numérien Auguste à Lyon.  (Read 387 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline AMICTUS

  • Consul
  • ***
  • Posts: 221
Un avers inédit pour Numérien Auguste à Lyon.
« on: September 21, 2020, 05:20:22 am »

L’aurélianus, illustré ci-après, présente un buste radié, drapé et cuirassé, de face, vers la droite (buste A) de Numérien Auguste pour l’atelier de Lyon associé à la légende d’avers IMP C M AVR NVMERIANVS AVG. Il est absent du corpus de P. Bastien et de ses deux Suppléments. Cet avers inédit est couplé à un revers de l’officine B (PAX AVGG) qui présente une structure assez particulière: présence du rameau dans la césure entre A et X  de PAX et sommet du long sceptre transversal tangent au V de AVG. Elle permettrait, peut-être, de relier, par identité de coin de revers,  cet aurélianus à une série produite par un même graveur (à titre d’exemples des auréliani assez proches sont répertoriés dans le corpus de P.Bastien sous les n° 479 et 509 a,d, pour Carus et 539 e et 554 a pour Numérien) et d’en confirmer ainsi la place chronologique.

Cette effigie utilisée pour Numérien est une combinaison de son portrait juvénile accompagné de la titulature initiale de son augustat avec un buste courant (drapé et cuirassé de face) utilisé normalement pour Carin. Ce nouvel avers peut, à première vue, s’expliquer simplement par une faute d’inattention d’un graveur produisant un portrait de Numérien et l’associant à un buste réservé à Carin. Ceci pourrait laisser penser qu’une division du travail entre la gravure des portraits et celle des bustes proprement dits s’ajouterait à la répartition des tâches entre la réalisation des bustes et celle des légendes.
Néanmoins, dans la mesure où une hiérarchisation  protocolaire des bustes sous ‘Carus et sui’ semble avoir été assez rigoureusement appliquée, notamment à Lyon, entre Carin, doté d’une préséance avec un buste drapé et cuirassé vu de face (buste A) et Numérien, il pourrait s’agir plus d’une ‘méprise‘ institutionnelle, vite corrigée, que d’une simple erreur de gravure.

 Pour les auréliani de Numérien, le buste A est d’un emploi rare et sporadique dans l’ensemble des ateliers monétaires, la norme semblant avoir été l’utilisation du buste drapé et cuirassé vu de dos (buste A2) ou celle du buste cuirassé vu de face (buste B). En effet, des bustes identiques drapés et cuirassés vus de face auraient pu indiquer une égalité de position entre les deux nouveaux Augustes à partir de l’été 283, ce qui n’aurait pas correspondu pas à la situation institutionnelle initialement instaurée par Carus, donnant une antériorité et donc une primauté à Carin. A partir de la disparition de Carus  cette distinction des bustes a généralement perduré, pratiquement sans changement en orient et avec, en occident, des ateliers de Lyon et de Rome très stricts dans cette pratique de différenciation entre les deux frères. Celle-ci s’applique même, à Lyon, aux bustes avec la lance sur l’épaule (drapé et cuirassé pour Carin et cuirassé pour Numérien).  L’utilisation d’un même type de buste pour les deux Augustes, Carin et Numérien, est donc cantonnée à des séries principalement liées à des événements de nature dynastique, notamment à Rome (séries suivant la mort de Carus) ou institutionnelle, tout particulièrement à Siscia (émission SMS XXI liée à la chute de Julien de Pannonie à la fin 283 et au consulat conjoint de Carin et Numérien débutant en janvier 284).
 
De façon plus spécifique à Lyon, alors que Carin dispose, dès sa nomination au césarat, d’un seul buste courant (buste A) dont l’utilisation se poursuivit après sa promotion à l’augustat, deux bustes ordinaires sont utilisés pour Numérien Auguste: le premier, repris de sa période de césarat, est présenté drapé et cuirassé vu de dos vers la droite (buste A2) et accompagné de la légende d’avers IMP C M AVR NVMERIANVS AVG et le second, spécifique à son augustat, est présenté cuirassé, vu de face, vers la droite (buste B) avec la titulature raccourcie  IMP (C) NVMERIANVS AVG. Ces deux bustes se succèdent au cours de la sixième émission dans les deux officines dédiées à Numérien (B-Pax et C-Mars Victor), dans une proportion  d’environ un quart pour les bustes vus de dos (A 2). Ceci atteste d’une certaine durée de cette première phase, dans le droit fil des frappes du césarat, avant que n’intervienne la modification du type de buste utilisé et de la légende l’accompagnant, inaugurant ainsi une deuxième phase de l’émission.

Les divers éléments de cet avers inédit permettent d’en situer la frappe probablement lors de la transition entre la première et la deuxième  phase de la sixième émission (été 283). Le buste hérité du césarat étant abandonné, le choix d’un autre buste a donné lieu à une ‘méprise’. Car en tablant sur une égalité protocolaire dans la cadre de la nouvelle collégialité des Augustes, Carus disparu, un buste drapé et cuirassé de face vers la droite (buste A) a été élaboré pour Numérien identique à celui de Carin. Mais c’est finalement un buste strictement militaire (cuirassé vu de face-buste B) accompagné d’une titulature raccourcie qui a été utilisé pour celui-ci, laissant ainsi à Carin la préséance avec un buste drapé et cuirassé (buste A). Il est à noter, par ailleurs, l’existence d’un buste A de Numérien, similaire mais avec un portrait plus tardif et la légende d’avers IMP C NVMERIANVS AVG, lui aussi utilisé dans la seconde officine avec le revers FELICITAS AVGG et répertorié sous le numéro 594 du corpus de P. Bastien. Ces deux ‘méprises’ (une troisième ‘méprise’ a conduit à doter, à Lyon, Numérien des épithètes P F - cf. Bastien 363-) consistant à attribuer à Numérien un buste identique à celui de Carin sont intervenues lorsque s’est posée la question de la position protocolaire de Numérien Auguste, désormais co-empereur de plein exercice dans la dynastie à l’été 283 après la disparition de Carus puis, à nouveau, lors de la prise du consulat conjoint (Carin/Numérien) au début de 284, après la crise de l’automne 283 (usurpation de Julien de Pannonie). Deux moments importants où la parité collégiale, symbolisée par un buste identique, a pu être envisagée  pour être aussitôt écartée à Lyon: un indice supplémentaire du fait que la 6éme émission à Lyon a probablement débuté quelque temps avant la disparition de Carus et que celle-ci a rendu complexes les relations entre les deux frères Augustes et leurs entourages respectifs.

 

All coins are guaranteed for eternity